Mieux comprendre la manière dont la maladie peut impacter les conditions du logement

Après le suivi sur deux ans de l’expérimentation d’appartements de coordination thérapeutique pour enfants malades d’un cancer (pour le compte du Groupe SOS et l’Institut National du Cancer), après une étude exploratoire sur les possibilités de logement dans le diffus de personnes lourdement handicapées (pour le compte de la Fondation OVE), Plein Sens poursuit ses réflexions sur les conditions du logement des personnes fragilisées par la maladie en réalisant, pour la Ligue nationale contre le cancer, une étude qualitative sur l’impact de la maladie sur la situation des ménages au regard du logement.

Le travail confié à Plein Sens s’inscrit en complément à la 4e campagne de collecte du Dispositif d’Observation pour l’Action Sociale (DOPAS) - une enquête par questionnaire administrée auprès de malades et de professionnels par les comités départementaux de la Ligue - alimentant une meilleure connaissance des problématiques sociales auxquelles peuvent être confrontées les personnes malades du cancer. Ayant choisi pour cette édition d’éclairer plus spécifiquement la question des effets de la maladie sur le logement, La Ligue nationale contre le cancer a souhaité que soit questionnée de manière qualitative la façon dont la maladie venait réinterroger les conditions du logement, pouvant conduire à des ruptures le cas échéant. Dans quelles situations la question du logement devient-elle une source supplémentaire de difficultés ? De quelles ressources au sens large les malades disposent-ils alors – ou non – pour y faire face ? Certains profils de malades sont-ils davantage concernés que d’autres par ce type de difficultés ? Il s’agit in fine pour la Ligue nationale contre le cancer et ses comités départementaux de savoir comment enrichir et cibler leur action.
L’étude menée par Plein Sens est conduite dans 4 départements et repose principalement sur l’écoute en entretiens longs d’une trentaine de malades (et de leurs proches le cas échéant), et de professionnels. Elle vise l’explicitation de types de trajectoires et l’identification des situations les plus à risques du point de vue du logement.
L’ensemble des résultats des travaux conduits par la Ligue dans le cadre du DOPAS 2017 feront l’objet d’une communication sur son site.

Contact : moriceau@pleinsens.fr