Etude sur le métier de masseur kinésithérapeute

Les masseurs-kinésithérapeutes sont des auxiliaires médicaux dont l’exercice professionnel est encadré par le Code de la Santé Publique (titre II du livre III) qui dispose que « La profession de masseur-kinésithérapeute consiste à pratiquer habituellement le massage et la gymnastique médicale ».

Ils doivent être titulaires du Diplôme d’État de masseurkinésithérapeute ou d’un titre étranger reconnu, agissent sur prescription médicale dans le cadre d’un décret d’actes qui précise les contours du massage et de la gymnastique médicale. L’activité est rémunérée à l’acte. La profession a connu un large développement au cours des vingt dernières années tant en nombre de praticiens qu’en niveau d’activité. Le nombre de praticiens étaient en 2008 de 64300, dont près de 80 % de libéraux.

Les masseurs-kinésithérapeutes représentent ainsi 7 % des effectifs des professions de santé et 10 % des paramédicaux. L’entrée en formation pour l’obtention du diplôme d’État est soumise à un quota (fixé à près de 2000 en 2008-2009), mais des professionnels étrangers et en particulier communautaires peuvent venir exercer sous réserve de la reconnaissance de leur titre. Numériquement, cette filière « étrangère » a fourni au tournant des années 2000 presqu’autant de nouveaux professionnels chaque année que la filière nationale. 

Interrogés sur leur pratique, un échantillon de près de 50 praticiens a pu témoigner de l’intérêt porté à un métier fondé sur le contact : contact tactile, contact relationnel. Le métier est riche pour la diversité des pathologies qu’il prend en charge...

Télécharger le rapport (pdf)

Par Eric Molière, le 24 septembre 2009.