Enquête qualitative sur les anciens militaires au chômage

La professionnalisation des armées et le souhait d’avoir une armée jeune, principalement recrutée sous contrat, posent un nouvel enjeu à la reconversion.

Un enjeu quantitatif d’abord, lié à la masse des fins de contrats qu’elle rend nécessaire chaque année, en particulier pour les engagés volontaires.

Un enjeu qualitatif ensuite, car pour un grand nombre de profils peu qualifiés au recrutement, l’armée n’offre pas une sécurité de l’emploi sur tout le temps d’une carrière et, bien qu’elle leur permette, lors d’un passage plus ou moins long, d’acquérir des compétences, celles-ci ne permettent pas toujours une reconversion rapide sur le marché de l’emploi civil car elles n’y sont pas immédiatement transposables.

Le Ministère de la Défense est son propre assureur pour le risque chômage et il observe ainsi très directement le niveau de la demande d’emploi des anciens militaires. Il déploie un effort très significatif de reconversion et a réorganisé son réseau d’aide au retour à l’emploi civil avec la mise en place d’un réseau unique interarmées : Défense Mobilité. Pour positionner efficacement ce service spécifique à l’adresse des anciens militaires, il est important de comprendre ce qui fonde les situations de demande d’emploi.

Plusieurs causes du chômage sont avancées par les théories macro ou microéconomiques du marché du travail, il convient de se demander si le « chômage » des anciens militaires correspond en tout ou partie à certaines de ces causes.

Pour répondre à cette question, la sous-direction des études et de la prospective (SDEP), qui relève de la direction des ressources humaines du ministère de la défense, a souhaité voir réaliser une étude qualitative visant à étudier les mécanismes freinant ou favorisant la reprise d’activité professionnelle chez les anciens militaires bénéficiaires d’une allocation de retour à l’emploi financée par le ministère.

Cette étude doit d’abord apporter des connaissances en identifiant à travers le récit que les personnes font de leur retour à la vie professionnelle civile, ce que sont les freins éventuels à leur reconversion. Elle a également une visée opérationnelle en ce qu’elle doit fournir des axes de réflexion ou de travail aux équipes en charge d’améliorer la performance de la reconversion.

Télécharger le rapport (pdf)

Par Eric Molière, le 24 novembre 2010.