Evaluation de la contribution des EMSP et LISP à la diffusion d’une culture palliative

Plein Sens a rendu un rapport à la DGS (Direction Générale de l'Offre de Soins) portant sur la diffusion de la culture palliative au sein des équipes mobiles et des lits identifiés de soins palliatifs (EMSP et LISP).

Depuis 1999, l’accès à des soins palliatifs est un droit pour qui les requiert et depuis plus avant (1986), il est entendu que cet accès n’est pas limité à des unités spécialisées. Si les unités de soins palliatifs ont été et demeurent des lieux de référence pour la démarche palliative, elles n’en ont pas l’exclusivité, loin s’en faut, et la politique de soins palliatifs en France, aujourd’hui vieille de presque 30 ans, a toujours été une politique de développement des soins palliatifs, sous-entendu de développement hors du cadre des unités dédiées.
Des dispositifs ont donc été pensés et déployés pour permettre à des patients en fin de vie de bénéficier de ce type de soins, d’abord dans des services de soins hospitaliers, puis à domicile, puis dans les établissement médico-sociaux.

Dans les établissements de santé, deux dispositifs ont été conçus complémentairement pour développer les soins palliatifs : les équipes mobiles et les lits identifiés de soins palliatifs (EMSP et LISP). Les équipes mobiles sont nées pour la première fois en 1989, puis ont été instituées par une circulaire en 2002 et mise à jour en 2008. Il s’agit aujourd’hui d’équipes composées de médecins, infirmières et psychologues principalement, qui assurent une mission d’appui et de conseil aux services qui prennent en charge des patients en phase palliative. Les Lits Identifiés de Soins Palliatifs, sont un dispositif assez original de reconnaissance de la capacité spécifique d’un service à mettre en œuvre une démarche palliative, dès lors qu’il peut faire valoir un projet de soins dans ce sens et des personnels référents formés.

Au terme du programme national de développement des soins palliatifs 2008-2012, la DGOS a souhaité disposer d’une évaluation de la contribution des équipes mobiles et des lits identifiés de soins palliatifs à la diffusion d’une culture palliative. Comme le stipule le cahier des charges de l’étude, la mission n’a pas pour objet l’évaluation de la qualité des soins palliatifs mais la mesure des effets des EMSP et des LISP sur l’appropriation de la démarche palliative par les professionnels non spécialisés.

Le travail attendu a d’abord une visée descriptive, il s’agit de proposer un panorama raisonné des pratiques que les professionnels investis dans ces deux dispositifs mettent en œuvre. Cela doit permettre de statuer sur la pertinence des équipes mobiles et des LISP pour déployer auprès de toute personne qui en a besoin des soins palliatifs.

Il s’agit d’une évaluation qualitative qui ouvre à une meilleure compréhension de la réalité des dispositifs étudiés et à une éventuelle redéfinition de leurs spécifications au regard des limites ou des difficultés que pose leur mise en œuvre. Elle a un caractère novateur, car si les Unités de Soins Palliatifs ont pu faire l’objet d’analyses sociologiques et fonctionnelles poussées, c’est peu le cas des EMSP et pas du tout le cas des LISP.

Par Eric Molière, le 10 décembre 2013.